bouton menu
bouton signet
bouton signet

Déco printemps-été 2018 : 5 tendances à suivre

D’un côté, il y a le velours, les formes graphiques et le laiton. De l’autre, des lignes pures et une palette neutre. Entre l’opulence du style Art déco et la sagesse du courant scandinave, 2018 fait le grand écart. Décryptage.

Le style Art déco n’a pas dit son dernier mot

En 2017, il repointait le bout de son nez. Cette année, le style Art déco s’affirme haut et fort. Sa signature? Les formes géométriques, le laiton, les dorures et les couleurs joyaux. Le pied architectural de la table Balzac de Maison Corbeil, surmonté d’un plateau de métal couleur laiton justement, l’incarne à la perfection. Pour adoucir les angles et ajouter au faste, on l’accompagne des chaises Loren, aux courbes vêtues de velours.

Table Balzac

Une vague de velours

Compagnon idéal du style Art déco, le velours devient la star de nos salons. Élégant et chaleureux, il s’invite partout : sur les chaises, les fauteuils, les coussins, les rideaux. Il habille notamment le canapé Oscar de Maison Corbeil. Ce modèle, fabriqué au Québec, s’inspire du Chesterfield, et de son célèbre capitonnage, pour en offrir une version plus carrée, plus contemporaine.

160399-sofa-ambiance-1

 Du gris, encore et toujours

Anthracite, souris, acier ou argent, le gris est la teinte neutre par excellence. Sa nuance perle, douce et reposante, convient parfaitement à l’ambiance d’une chambre à coucher. Le lit Benjamin de Maison Corbeil l’a d’ailleurs adoptée sans hésiter. Les grands lecteurs apprécieront sa tête haute et ultraconfortable. Sans oublier son coffre de rangement, pratique quand on manque de place. 

151993-bed-ambiance-1

L’effet marbre, style intemporel

Le marbre persiste et signe. Imité et revisité depuis quelques années, il continue d’inspirer les créateurs. Comme le designer québécois François Caron de Trica, qui a imaginé la table Diamond : un plateau de céramique imitation marbre posé sur un pied de métal multifacette, taillé à la façon d’un diamant. Un bijou qui saura faire son effet dans une salle à dîner.

table dimond Trica

La tendance nomade trace sa voie

Créativité et liberté de composition sont à l’honneur cette année au rayon des canapés. Ils passent de modulaires à nomades grâce à des modèles sans structure aux gros coussins transportables, comme le canapé Élément de Maison Corbeil. Chaque pièce étant vendue séparément et chaque dossier amovible, on peut personnaliser sa configuration autant qu’on le souhaite. Causeuse deux places, fauteuil solo ou lit d’appoint, à vous de jouer!

133052-Ambiance-sofa-element-MC

Téléchargez notre magazine pour découvrir toutes nos nouveautés. Et profitez-en pour participer à notre concours : en le téléchargeant d’ici le 22 avril, vous courez la chance de gagner une carte-cadeau Maison Corbeil d’une valeur de 1500 $. Bonne chance à tous!

Joyeux anniversaire, Trica !

Fleuron de l’industrie du mobilier contemporain au Québec, la marque souffle ses 30 bougies cette année.

Le bois, le métal et le verre : le trio de prédilection de François Caron, président et cofondateur de Trica. Trois matières qui permettent d’infinies possibilités et que la marque décline avec élégance pour habiller chaque pièce de la maison. Des lignes pures et une palette sobre caractérisent aussi ce mobilier haut de gamme à l’esprit contemporain, où chaque détail est soigneusement pensé et réalisé par une équipe de plus de 125 artisans à Saint-Jérôme.

C’est en 1988 que commence l’aventure Trica. François et son frère, Yves Caron (aujourd’hui à la retraite), n’ont qu’une idée en tête : fabriquer des meubles à leur façon. « Nous étions vraiment des entrepreneurs dans l’âme. Notre projet a décollé dans le garage de nos parents : une véritable start-up ! » s’exclame François, le créatif du duo. Yves, lui, assure le volet administratif. Leurs premières créations sont des meubles de télé et des unités pour les systèmes audio-vidéo : une offre dans l’air du temps. Mais très vite, l’envie d’élargir leur horizon se fait sentir. « Nous nous sommes graduellement tournés vers quelque chose de plus contemporain, plus design » poursuit-il.

Une période riche en exploration débute alors pour eux. Avec l’objectif avoué et ambitieux d’élever Trica à un niveau qui pourrait concurrencer l’offre européenne, François multiplie les voyages de l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne plus particulièrement. Il est fasciné par ce qu’il découvre chez les détaillants. Ces marques internationales, qui lui paraissaient lointaines et inaccessibles, deviennent des sources d’inspiration et de motivation. Trica se raffine, prend une direction plus moderne et adopte un positionnement haut de gamme.

Trica - Lit Dream_cmyk Lit Dream de Trica

Ce parcours a aussi été ponctué de rencontres déterminantes. « Éric Corbeil nous a donné notre première chance, explique-t-il. Maison Corbeil est une exception dans le domaine de la vente de meubles au détail. J’ai probablement visité des centaines de magasins au fil des ans et je peux affirmer que Maison Corbeil a une façon unique d’intégrer tous les éléments et d’en faire la promotion. Nous sommes privilégiés, en tant que manufacturiers, d’avoir un détaillant qui fait une si belle place au design québécois. »

Table Diamond de TricaTable Diamond de Trica

Une relation privilégiée dans les deux sens, puisque Trica réserve l’exclusivité de plusieurs de ses modèles à Maison Corbeil. Malgré le succès, François demeure humble. Il décrit ses futurs projets avec un enthousiasme contagieux et il est toujours aussi surpris — et ravi — de la popularité de ses produits. « Je me pince encore à chaque fois quand je vois des photos de nos meubles en situation, chez quelqu’un. »Et de conclure : « Je suis fier qu’on réponde à un besoin. On a fabriqué un produit que les gens aiment. Pour moi, c’est extraordinaire ! »

Cliquez ici pour visionner un extrait de notre rencontre avec François Caron. 


2018-02-28_16591842_photo_by_Jimmy_Hamelin_cmyk

Sur mesure

Outre l’esthétique et la qualité, Trica vous donne une raison de plus de tomber en amour avec ses meubles : la possibilité de tous les personnaliser. Vous pouvez choisir la dimension d’une table, l’habillage d’un fauteuil (parmi plus de 150 tissus), le fini d’une composante en métal (20 finis disponibles), la teinture de bois massif ou de placage de bois (9 couleurs disponibles).

Le design en mode écoresponsable

« Le respect de l’environnement a toujours été important pour nous, tout comme celui de l’environnement de travail de nos employés. Ces artisans jouent un grand rôle dans le succès de notre entreprise. » Pour ce faire, Trica utilise des teintures, des vernis et des colles à base d’eau pour le bois, ainsi que des peintures en poudre à faible teneur en COV (composé organique volatil) pour l’acier.

2018-02-28_16393012_photo_by_Jimmy_Hamelin_cmyk

Pas qu’un détail

Les tiroirs doublés de tissus luxueux sont une des signatures de Trica.  Une attention très peu répandue, pour ne pas dire inexistante, même chez  les marques les plus prestigieuses.  Et une belle occasion pour vous d’oser des couleurs et des imprimés  qui s’afficheront en toute discrétion !

Colette aime le design

Quand on demande à Madame Corbeil de nous parler de sa relation avec son mari, elle répond spontanément que c’était facile. Raymond Corbeil, habile avec les chiffres et la partie administrative, a vu en sa femme un grand potentiel créatif qu’il a encouragé. Grâce à ce couple de passionnés, la maison du même nom, partie d’un petit commerce dans l’est de Montréal, compte aujourd’hui quatre grands concepts de magasins. Elle a toujours le vent dans les voiles et plein de projets, prêts à se concrétiser.

Une famille tissée serrée

Éric et Stéphane, les fils de Colette et de Raymond, tiennent à présent les rênes de la maison. Leur mère, quant à elle, est toujours aussi active. « On fait tout ensemble : on voyage et on fait les achats. Mais on a chacun nos forces. C’est même curieux, car mes garçons fonctionnent un peu comme Raymond et moi : le côté administratif, c’est plus Stéphane et Éric me ressemble, il est plus créatif. » Les garçons sont tous deux allés à l’université, puis ont choisi d’intégrer l’entreprise de leurs parents. Pourtant, « on ne les a jamais poussés à faire ce métier, Raymond et moi. Mais on était contents qu’ils se joignent à l’entreprise. Ça me rend très fière ! »

Un style incomparable

En plus de quatre décennies, la mode dans le secteur de l’ameublement a beaucoup changé. Tout comme le marché, qui a évolué et subi des périodes de crises et de profondes mutations. Maison Corbeil achetait une très grande quantité de meubles québécois à une certaine époque. Mais face à la compétition, de nombreux fabricants ont dû mettre la clé sous la porte, forçant l’entreprise à se fournir ailleurs. Puis la tendance du meuble européen a fait son entrée et Colette Corbeil est tombée en amour avec le design italien. « Tout part de Milan, il n’y a rien de comparable » affirme-t-elle. Aujourd’hui, le design de meubles québécois a retrouvé la santé et Maison Corbeil privilégie à nouveau les fournisseurs locaux.

Des coups de coeur

Pour choisir meubles et objets de déco, Colette Corbeil écoute son instinct. « Il faut que j’aime ça. Tout ce qui se trouve dans mes magasins, je le mettrais chez moi. Quand on fait un achat, il faut avoir un coup de coeur : on n’achète pas uniquement parce qu’on sait que ça va se vendre. » Elle a parfois des discussions animées avec ses fils, plus soucieux des contraintes budgétaires. Sauf que les fils ont eux aussi leurs coups de coeur. « On est un peu fous dans la famille, de vrais passionnés ! » Sa touche magique se retrouve dans chaque magasin, dont elle assure la conception visuelle. Elle monte encore les décors dans les nouveaux magasins et, malgré toutes ses années d’expérience, a toujours le trac quant au résultat final : « Quand j’ai terminé et que tout est à mon goût, c’est un grand bonheur. Je me sens rajeunie de 50 ans ! »

L’Espace Colette

Habituée à visiter Paris chaque année, Colette Corbeil avait un petit faible pour la célèbre boutique Colette, où se trouvait la fine pointe de la mode, des accessoires de déco aux gadgets technos. Un endroit branché, dans le coup, qui l’amusait beaucoup. Malheureusement, la boutique a fermé il y a quelques mois. « Comme quoi on n’est jamais arrivé dans notre domaine. Il faut constamment se renouveler et ne rien prendre pour acquis. » La Colette parisienne lui a donné l’idée d’avoir un espace à elle, dans lequel elle présenterait ses plus beaux coups de coeur, des choses qui lui ressembleraient, qui colleraient parfaitement à son style. L’Espace Colette était né. Meubles haut de gamme, tissus luxueux, objets hypertendance sont exposés dans le magasin de Montréal. Pas une seule faute de goût, à l’image de Colette Corbeil.

Quand on lui demande son secret, elle répond tout simplement : « Je me dis que j’ai été très chanceuse de faire un métier que j’aime. Bien sûr, on a eu des épreuves en cours de route, mais on dirait que plus je vieillis, plus j’aime ça ! »

Venez visiter l’Espace Colette en magasin au 1215 Boul Cremazie OMontréal QC, H4N 2W1.